Plaque d’acier découpée au laser. Le motif est fait du mot «Douane» écrit dans une vingtaine de langues différentes.

Toute écriture est un dessin en soi qui par convention prend sens.
On peut dire de l’oeuvre présentée ici qu’elle bénéficie de la variété des esthétiques proposées par les divers groupes humains pour communiquer. Elle pourrait être une oeuvre joyeuse exprimant à travers la beauté et la richesse des multiples alphabets, un folklore planétaire symbole de la diversité humaine.

Malheureusement le mot «douane» entraîne généralement une interdiction de passer sans avoir été contrôlé, sans avoir les critères qui autorisent à la traverser. Elle définit les êtres suivant le côté où ils se trouvent.

L’objet qui résulte de cet enchevêtrement d’écritures a toutes les caractéristiques d’un mur, d’une barrière ou plus simplement d’une porte, bien que sans poignée.
Mais cette porte s’ouvre ou se ferme suivant le sens par lequel on l’aborde. Le regard la pénètre; il permet à chacun de voir, d’imaginer ce qui se passe de l’autre côté. Certains pourront aller le constater par eux-mêmes et en jouir à volonté – le monde leur appartient- pour d’autres, enfermés derrière leur frontière, l’ailleurs restera un paradis inaccessible qu’ils essayeront parfois de rejoindre, souvent au péril de leur vie.

porteboucdetailporte1 Plaque d’acier découpée au laser. Le motif est fait du mot «Douane» écrit dans une vingtaine de langues différentes. detailporte2

Fermer le menu