PORTRAITS DE FAMILLE

En venant à Villatalla, mon projet était surtout d’établir un contact avec les habitants et de faire un travail avec eux.J’ai demandé à chaque membre d’une même famille de donner 9 coups de scie dans une baguette de bois de 2m de long. Les 10 morceaux ainsi obtenus, numérotés de 1 à 10 se définissent par leur longueur et l’angle de coupe qui les termine. Réassemblés dans leur ordre, en en retournant un sur 2, ils constituent une ligne brisée difficilement prévisible tant qu’elle n’est pas reconstituée. On pourrait penser que les coups de scie, placés sans calcul, ni réflexion, seraient le pur fruit du hasard et ne prêteraient pas à conséquence. Il apparaît pourtant très vite, sans entrer dans une quelconque analyse psychologique, que chaque ligne est le reflet de la personne, une sorte d’équivalent plastique.

       A CHACUN SON HASARD.

Je me suis servi de chacune de ces lignes «personnalisées» pour constituer, pour chaque famille, un dessin choisi parmi les multiples combinaisons possibles. Une manière pour moi d’aboutir à un résultat, non pas à partir d’une volonté a priori, mais en utilisant les diverses opportunités qui se présentent à moi.

INEXPLICABLE VOLONTE DE LA PROVIDENCE.

Un grand merci à la famille Guazzano qui a bien voulu jouer le jeu.

Fermer le menu